Le renoncement à la viande N’EST PAS un phénomène de masse, même si c’est ce que les médias aimeraient nous faire croire. Tel est le résultat d’une étude réalisée en Allemagne dans le cadre du Fleischatlas 2021 : à peine près des 6,5% de la population globale renoncent à la viande. (BZfE) – Cependant, toujours par rapport à la population globale, près de deux fois plus des 15-29 ans s’alimentent végétarien ou végane, selon l’enquête auprès des jeunes réalisée pour le Fleischatlas 2021, un projet coopératif de la Fondation Heinrich-Böll, du Bund für Umwelt und Naturschutz Deutschland (Fédération allemande pour l’environnement et la protection de la nature) et Le Monde Diplomatique. Les résultats indiquent que 10,4% des adolescents et jeunes adultes mangent végétarien, et 2,3% végane. Ils sont ainsi près de 13% à renoncer à la viande – près du double du résultat pour la population globale. Dans les deux groupes, près de 70% sont des femmes, et les plus jeunes sont un peu plus représentées. Parmi les étudiants on compte un peu plus de véganes, alors que parmi ceux qui suivent une formation professionnelle il y a plus d’omnivores, c’est-à-dire de personnes qui mangent en principe de tout. Mais globalement les différences sont étonnamment faibles si l’on considère les caractéristiques socio-démographiques. La consommation de viande n’est pas une question ville-campagne – pas plus qu’est-ouest, ou nord-sud, dit encore le rapport. Source : Rüdiger Lobitz, http://www.bzfe.de“ (en allmend)