News

Des chercheurs allègent le fardeau du secteur viande

L’agriculture et la branche carnée sont facilement clouées au pilori, considérées comme des fossoyeurs du climat. De récentes recherches vont cependant dans une autre direction.

Continuez...

News

Courageux pour le libre choix et contre le paternalisme

Jean-Luc Bezençon, conseiller cantonal du canton de Vaud, lutte courageusement et avec succès contre les tentatives des autorités de patronner les visiteurs des restaurants du quartier des arts de Lausanne.

Continuez...

News

Merci

Un grand merci à tous ceux qui, malgré l'aggravation constante de la situation de la couronne, subviennent inlassablement et souvent jusqu'à l'épuisement, à nos besoins.

Continuez...

News

La vache ne nuit pas au climat

La vétérinaire et professeure allemande Anita Idel explique, dans une interview au schweizerbauer.ch, pourquoi la vache ne nuit pas au climat. Elle explique comment la vache a marqué nos paysages. 

Continuez...

Events

Events

Dans cette section, nous attirerons votre attention sur les événements à venir tels que l'assemblée générale et les autres activités de l'association ainsi que les occasions culinaires spéciales, les barbecues, etc. De temps à autre, il vaut la peine d'y jeter un coup d'œil.

Continuez...

News & Events

News

Des chercheurs allègent le fardeau du secteur viande

L’agriculture et la branche carnée sont facilement clouées au pilori, considérées comme des fossoyeurs du climat. De récentes recherches vont cependant dans une autre direction.

Continuez...

News

Courageux pour le libre choix et contre le paternalisme

Jean-Luc Bezençon, conseiller cantonal du canton de Vaud, lutte courageusement et avec succès contre les tentatives des autorités de patronner les visiteurs des restaurants du quartier des arts de Lausanne.

Continuez...

News

Merci

Un grand merci à tous ceux qui, malgré l'aggravation constante de la situation de la couronne, subviennent inlassablement et souvent jusqu'à l'épuisement, à nos besoins.

Continuez...

News

La vache ne nuit pas au climat

La vétérinaire et professeure allemande Anita Idel explique, dans une interview au schweizerbauer.ch, pourquoi la vache ne nuit pas au climat. Elle explique comment la vache a marqué nos paysages. 

Continuez...

Events

Events

Dans cette section, nous attirerons votre attention sur les événements à venir tels que l'assemblée générale et les autres activités de l'association ainsi que les occasions culinaires spéciales, les barbecues, etc. De temps à autre, il vaut la peine d'y jeter un coup d'œil.

Continuez...

News

Soyez informé.

La vache ne nuit pas au climat

News

La vache ne nuit pas au climat

La vache ne nuit pas au climat

La vétérinaire et professeure allemande Anita Idel explique, dans une interview au schweizerbauer.ch, pourquoi la vache ne nuit pas au climat. Elle explique comment la vache a marqué nos paysages. Depuis la dernière glaciation les vaches auraient eu un rôle décisif pour structurer les sols. « Et structurer les sols signifie aussi toujours lier du carbone » poursuit-elle. Etant donné que l’humus est composé pour plus de la moitié de carbone, chaque tonne supplémentaire d’humus dans le sol décharge l’atmosphère de près de 1,8 tonne de CO2. La formation des sols serait par conséquent aussi toujours un processus de « décharge de l’atmosphère ». C’est ainsi que – contrairement aux suppositions courantes – la vache pourrait même contribuer à limiter le dérèglement climatique, relève Dr. Idel. La vache se trouve ainsi au centre de l’important circuit du carbone qui est aussi en lien avec la photosynthèse.

Les vaches émettent du méthane. Le méthane est 25 fois plus nuisible au climat que le CO2. Néanmoins les bovins sont indispensables pour l’alimentation mondiale – par leur contribution au maintien de la fertilité des sols et à limiter le changement climatique : pour un entretien durable des pâturages, les ruminants ont la capacité de stocker du carbone sous forme de humus dans les sols. Ce sont les engrais synthétiques utilisés pour les grandes monocultures de maïs et de soja qui produisent le plus d’émissions. Ils consomment beaucoup d’énergie et dégagent du gaz hilarant – 295 fois plus dommageable pour le climat que le CO2. En symbiose avec les micro-organismes de leur panse, les vaches, moutons et buffles parviennent à transformer les herbes des pâturages en lait et en viande. Ils sont donc prédestinés à l’exploitation de ces sols que l’on ne peut pas cultiver mais que leurs pâtures parviennent à protéger de l’érosion. Cependant, au lieu de cela, en les nourrissant de fourrage concentré à base de maïs, de soja et de céréales, on en fait des concurrents à l’alimentation humaine. Le lait et la viande issus de la production intensive ne sont moins chers qu’en apparence. La facture viendra plus tard. Car les monocultures supplantent la diversité biologique et les capteurs de CO2 que sont les surfaces herbagères et la forêt (tropicale). Plus il y aura d’humains sur Terre, plus importante sera la fertilité des sols pour assurer les récoltes, tout en limitant les émissions néfastes pour le climat. (Tiré d’un communiqué de presse du groupe d’entreprises Salus)

1 / 5